Comment ça commence – janvier 2018

Je me lance dans un nouveau projet d’écriture, proposé par Agoaye dont voici le principe « Vous avez un mois pour écrire et partager avec nous un billet ou un article. Vous avez un mois pour inscrire ici-même votre participation afin qu’elle s’affiche avec toutes les autres et que vous puissiez être lus par tous.
Un mois pour faire découvrir votre prose au monde, sous la forme que vous souhaitez, de la longueur qui vous sied… Une seule contrainte : tous les écrits du mois doivent commencer par la même amorce de phrase !
Il est interdit de changer le moindre mot, la moindre virgule, car ils sont autant d’indices qui vous permettront de tisser ensuite la trame de votre récit, et permettre au train de votre imagination de se mettre en marche !« 

Je ne sais pas si je tiendrai sur l’année mais au moins cet « exercice » ne pourra que m’être bénéfique pour développer mon imagination … Ben quoi ? C’est pas un muscle ?? Allez, je me lance avec la phrase imposée.

Il était poisseux mais continuait vaillamment de ramper… Elle se réveilla en hurlant. Ce putain de cauchemar l’avait réveillée un matin et elle ne pensait plus qu’à ça. Oh, elle avait bien essayé de l’oublier, pourtant, insidieusement le souvenir est revenu et un matin elle s’est souvenu de tout.  Elle avait rêvé de l’homme au vélo.

Elle avait sept ans et des poussières, c’était l’été et elle jouait sous le porche de l’immeuble où elle habitait avec ses frères et ses parents. L’homme est arrivé sur son vélo et l’a saluée poliment. Elle a répondu à son bonjour timidement et lorsqu’il lui a demandé d’aller dans les caves de la résidence, elle a accepté. Ben oui, au catéchisme, on enseignait qu’il fallait aider son prochain et tant pis si ses parents lui avaient interdit de parler aux inconnus, la parole de Dieu n’est-elle pas la plus forte, elle devait donc obéir à Dieu et être serviable … Une fois dans le couloir des caves, l’homme l’a attrapée et maintenue contre le mur. Il lui a baissé sa culotte et mis la main entre les jambes à l’endroit où elle fait pipi. Il lui a pris la main et l’a posée sur son sexe. C’était comme un gros ver de terre rose, dur et humide qui rampait sur sa main, c’était une sensation horrible ! L’homme lui demandait de faire pipi sur ses gros doigts, elle hurlait, sanglotait mais l’homme la tenait si fort …
La petite fille qu’elle était, a crié le nom du voisin du 6ème étage, comme si au fond d’elle, elle savait qu’elle avait désobéi à son père et qu’il ne viendrait pas la sauver. C’était une punition, la punition dictée par son père, dictée par Dieu ! Et elle n’avait pas non plus appelé ses frères à l’aide, persuadée de mériter son sort ! Dieu la punissait d’avoir désobéi à ses parents en parlant à un inconnu. C’était de sa faute à elle ce qui lui arrivait, elle avait mérité son châtiment ! Elle a fini par s’enfuir …

Et là, le trou noir, elle ne sait plus comment elle est rentrée chez elle et n’a aucun souvenir des semaines qui ont suivies. La petite fille s’était tue, elle n’a jamais avoué sa faute. Elle avait bien trop peur de la colère de son père. Elle avait perdu confiance en elle, en sa famille et surtout en Dieu ! Comment Dieu pouvait créer des monstres ? Était-elle, elle-même, un monstre pour avoir subi ce châtiment divin ?

PS : je dois avouer que ce texte (un peu remanié) a déjà été publié pour le concours « prix littéraire au féminin en 2016 »

Comment ça commence copie

9 commentaires sur “Comment ça commence – janvier 2018

Ajouter un commentaire

Répondre à Agoaye Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :