Pense-Être # semaine 3, 4 et 5

Me revoilà pour le projet « pense-être » d’Agoaye ! J’avoue, ô toi qui me lis, je ne suis pas trop présente sur ce projet et comme écrire me manque, je me suis levée ce matin en me disant, « ce matin, je m’y mets ! » Et voilà du coup, je fais un medley pour les trois semaines que j’avais laissé tomber !

Semaine 3, le défi se veut créatif 🙂 « La première étape sera de trouver les bonnes nouvelles qui me touchent le plus, celles qui m’émeuvent ou qui me mettent la larme de l’empathie à l’œil. 

J’ai cherché des bonnes nouvelles dans le quotidien de chez moi … et puis, il y a eu le drame, mon téléphone s’est jeté à l’eau alors pour prendre des photos, ça n’a pas été simple mais grâce à une vieille zouille, j’ai enfin capté la bonne nouvelle que je voulais … tadaaaaaaaaaaaaa

J’ai trouvé cette nouvelle sympa, passer la nuit dans une bibliothèque … qui n’en a jamais rêvé 🙂

 

Semaine 4 être sociable : Ai-je idée des schémas habituels de mon mode de communication ? Pourquoi  me semble-t-il parfois que ma parole est mal accueillie et non écoutée ? Est-ce que je connais réellement ma manière de communiquer ?

Alors, là, j’avoue que je n’ai pas du tout joué le jeu mais je pense que ce sujet va rester dans un coin de ma tête … un jour, je répondrai à la question ! Là, je ne me sens pas prête ! J’y reviendrai …

Semaine 5, je pars à la découverte de moi-même grâce au test MBTI Myers Briggs Type Indicator  mis au point par Isabel Briggs Myers et Katherine Cook Briggs et je suis 

20180129_143828

J’ai retenu  4 mots

Défenseur – Protecteur – Infirmier – Conservateur

et concrètement les traits de mon caractère qui ressortent sont que je suis digne de confiance, attentionnée, que j’assume mes responsabilités, que je suis réaliste, pragmatique, coopérative et attentive et qu’aussi je plonge dans la catastrophisme !!

Tout ça est vrai, je pense, il faudrait demander aux personnes qui me connaissent le mieux de confirmer ou d’infirmer mais oui, le test ne s’est pas planté, je suis cela sauf peut-être sur l’organisation … 🙂

Bon, ben, voilà quoi, j’ai tout rattrapé mon retard et je me sens bien !

A la semaine prochaine …

Pense-être 1 et 2 : Je me sens mieux

(Ami(e)s de la rime pourrie, bonjour !!)

Bonjour ô toi qui me lis et bon dimanche, ce matin je publie (enfin) mon article pour le projet pense-être proposé par Agoaye, toujours elle 🙂 Elle n’a que de bonnes idées alors je me laisse prendre au jeu et à chaque fois, j’en ressors encore plus moi, je deviens un moi en mieux, un moi que j’aime réellement !! Ago, tu DOIS être remboursée par la Sécu !!!!

Mais trêve de bavardage et voici mon bilan de cette semaine 1 et 2, oui, je sais, je fais du 2 en 1 !!

dav

Le thème de la semaine 1 était « être … soi : la jauge des humeurs » et voici la jauge de mon humeur … Bon OK, je te l’accorde j’ai eu 20 ce qui au bahut est top mais ici, là mouif, c’est moins bien, je frôle la dépression légère

dav

Bon, en même temps, c’est l’hiver, le ciel est gris depuis deux mois, je n’ai pris, en décembre, que 4 jours de vraies vacances sur 11 et je compte les WE et les jours fériés dans ces 11 jours 🙂 Donc, je trouve le résultat au vu de ma fatigue chronique et de mon stress naturel pas si mal et même très bon !

 Puis, j’ai noté et pensé qu’aux bons moments de ma semaine que j’ai noté ici et là 🙂

dav

 dav

Tu noteras, au passage, la belle écriture de ma collège car moi, perso, j’écris aussi bien qu’un toubib au bout de 7654 ordonnances quotidiennes 🙂

Et à tous ces bons moments, je rajoute une soirée entre amis, des moments avec mon fils, mon homme. Je rajoute la joie de recevoir une carte des Açores, de Valréas, de Saint Martin en Haut et une dernière de Belgique … bref, ma semaine a été émaillée de tous ces petits bons moments qui font mis bout à bout un gros bonheur … et des souvenirs heureux 🙂

Passons maintenant à la semaine 2 qui est « Être en forme : évaluation de ma santé physique ». Bon, là j’avoue, je n’ai pas fait l’évaluation mais je continue ma routine sportive quotidienne avec mon heure de gym encadrée par un vrai coach sportif ! Maintenant, faire 1000 abdos en une séance, c’est finger in the nose quoi !! Je fais aussi de la sophrologie une fois par semaine ce qui me procure un bien-être immense. Je marche tous les jours par tous les temps et surtout j’écoute mon corps !

Donc bilan de ces deux premières semaines du thème « pense-être », c’est positif ! Je me sens bien avec la niaque ! J’ai retrouvé des envies un peu oubliées, j’ai apprivoisé mon sommeil et oui, j’ai envie de n’être que positive et de ne plus m’embarrasser de ce qui me tire vers le bas. Je veux aller plus haut, toujours plus haut !! (Tina, Pierre, celle-là est pour vous !!)

Merci Ago 🙂

 

Comment ça commence – janvier 2018

Je me lance dans un nouveau projet d’écriture, proposé par Agoaye dont voici le principe « Vous avez un mois pour écrire et partager avec nous un billet ou un article. Vous avez un mois pour inscrire ici-même votre participation afin qu’elle s’affiche avec toutes les autres et que vous puissiez être lus par tous.
Un mois pour faire découvrir votre prose au monde, sous la forme que vous souhaitez, de la longueur qui vous sied… Une seule contrainte : tous les écrits du mois doivent commencer par la même amorce de phrase !
Il est interdit de changer le moindre mot, la moindre virgule, car ils sont autant d’indices qui vous permettront de tisser ensuite la trame de votre récit, et permettre au train de votre imagination de se mettre en marche !« 

Je ne sais pas si je tiendrai sur l’année mais au moins cet « exercice » ne pourra que m’être bénéfique pour développer mon imagination … Ben quoi ? C’est pas un muscle ?? Allez, je me lance avec la phrase imposée.

Il était poisseux mais continuait vaillamment de ramper… Elle se réveilla en hurlant. Ce putain de cauchemar l’avait réveillée un matin et elle ne pensait plus qu’à ça. Oh, elle avait bien essayé de l’oublier, pourtant, insidieusement le souvenir est revenu et un matin elle s’est souvenu de tout.  Elle avait rêvé de l’homme au vélo.

Elle avait sept ans et des poussières, c’était l’été et elle jouait sous le porche de l’immeuble où elle habitait avec ses frères et ses parents. L’homme est arrivé sur son vélo et l’a saluée poliment. Elle a répondu à son bonjour timidement et lorsqu’il lui a demandé d’aller dans les caves de la résidence, elle a accepté. Ben oui, au catéchisme, on enseignait qu’il fallait aider son prochain et tant pis si ses parents lui avaient interdit de parler aux inconnus, la parole de Dieu n’est-elle pas la plus forte, elle devait donc obéir à Dieu et être serviable … Une fois dans le couloir des caves, l’homme l’a attrapée et maintenue contre le mur. Il lui a baissé sa culotte et mis la main entre les jambes à l’endroit où elle fait pipi. Il lui a pris la main et l’a posée sur son sexe. C’était comme un gros ver de terre rose, dur et humide qui rampait sur sa main, c’était une sensation horrible ! L’homme lui demandait de faire pipi sur ses gros doigts, elle hurlait, sanglotait mais l’homme la tenait si fort …
La petite fille qu’elle était, a crié le nom du voisin du 6ème étage, comme si au fond d’elle, elle savait qu’elle avait désobéi à son père et qu’il ne viendrait pas la sauver. C’était une punition, la punition dictée par son père, dictée par Dieu ! Et elle n’avait pas non plus appelé ses frères à l’aide, persuadée de mériter son sort ! Dieu la punissait d’avoir désobéi à ses parents en parlant à un inconnu. C’était de sa faute à elle ce qui lui arrivait, elle avait mérité son châtiment ! Elle a fini par s’enfuir …

Et là, le trou noir, elle ne sait plus comment elle est rentrée chez elle et n’a aucun souvenir des semaines qui ont suivies. La petite fille s’était tue, elle n’a jamais avoué sa faute. Elle avait bien trop peur de la colère de son père. Elle avait perdu confiance en elle, en sa famille et surtout en Dieu ! Comment Dieu pouvait créer des monstres ? Était-elle, elle-même, un monstre pour avoir subi ce châtiment divin ?

PS : je dois avouer que ce texte (un peu remanié) a déjà été publié pour le concours « prix littéraire au féminin en 2016 »

Comment ça commence copie

Cette semaine, je triomphe # 52

Mon Larousse me donne cette déf pour le dernier verbe choisi par Agoaye, triompher et dans ces 4 déf, ci-dessous, voici mes mots, ma propre définition

  • Remporter une victoire éclatante : Oh que oui, j’ai triomphé, ne serait-ce que lorsque j’ai publié ma nouvelle pour la deuxième fois pour le concours  « Prix littéraire auféminin 2017 ». C’était ma victoire éclatante sur ma timidité, sur cette transparence qui est moi !

  • S’établir, s’imposer définitivement : dans mon job, j’ai acquis la confiance des personnes avec lesquelles je bosse malgré mon manque de confiance en moi ! Cela me donne des ailes et en cette fin d’année, je peux dire que oui je crois en moi.

  • Remporter un très grand succès, un triomphe : avec tous les commentaires reçus sur mon blog, le nombre d’abonné(e)s qui monte ! Quelle joie intense !!!!!  Je me sens dans la peau d’une vraie écriveuse et qu’est ce que c’est bon …

  • Manifester une joie rayonnante pour un succès, une victoire, une supériorité quelconque, en tirer vanité : égoïstement, je te raconterai mon bonheur au lendemain de la fête organisée pour nos 20 ans de mariage. C’était juste merveilleux, des amis, des rires, de la musique, un bon repas, des amis … Une parenthèse de bonheur inoubliable dans ma routine ! 

 

C’était le dernier verbe de cette année 2017. Je n’ai pas été très assidue, cette année, mais, le peu que j’ai écrit m’a fait du bien. Grâce à ce projet (merci Ago <3), je suis sereine, plus bienveillante envers moi-même (y’a encore un peu de boulot) mais j’avance vers le mieux  !

Et puis, tu sais quoi, ô toi qui me lis, je continuerai en 2018 avec le nouveau projet d’Ago qui me propose le « pense-être » ! Tout est expliqué   ! J’ai hâte de commencer …

 

Cette semaine, j’offre # 51

Avant-dernier verbe proposé par Agoaye, offrir !

Je trouve ce mot joli ou plutôt sa signification belle … Offrir du temps, offrir l’hospitalité. J’aime ce sentiment de don, offrir sans attendre quelque chose en retour. C’est bénévole, quoi ! Tiens et voilà la déf du mot bénévolat que j’ai trouvé Etymologie : du latin benevolus, bonne volonté, venant de bene, bien et velle, vouloir. Le bénévolat désigne une activité de services envers autrui, de son plein gré et sans rémunération.
Donc pour moi, offrir est un acte gratuit dans le sens noble du terme !!!

Mais parfois, je trouve ce joli galvaudé, trahi ! Quand je vois la course aux cadeaux de Noël, c’est à celui qui fera le plus beau, le plus cher, le plus gros cadeau … Cette époque qui devrait plutôt être une fête familiale devient une fête commerciale et le mot offrir perd tout son sens, c’est dommage …

Parfois, je me dis que si l’on offrait un sourire à son voisin ou à une inconnue dans un magasin, le monde tournerait mieux ! Utopie, je sais … pourtant quelle joie simple j’ai ressenti lorsque cette dame, que je ne reverrai peut-être jamais, au rayon légumes de mon magasin de quartier,  m’a offert sa recette de champignons pour l’apéro  …

Peut-être devrais-je offrir plus aux gens que j’aime, leur consacrer plus de temps, leur dire que je les aime aussi … Offrir alors prend tout son sens de don …

Cette semaine, je renouvelle # 50

Dernière ligne droite avant 2018 et les derniers verbes proposés par Agoaye ! Et en cette semaine 50, elle me propose le verbe renouveler 🙂 Et voilà mes mots ! Disons que pour une fois, je parle au nom d’un couple … le mien et vais parler à la première personne du pluriel ! Ce nous qui est notre quotidien, notre vie à nous, quoi 🙂

Nous renouvelons notre engagement fait à la mairie il y a deux décennies ! Nous continuons notre aventure commencée en juillet 1987, peut-être pour un mois, un an, dix ans … Nous ne  savons pas, l’avenir nous le dira … Nous ne nous posons pas de question …

Notre histoire se renouvelle chaque jour, parfois routinière, parfois extraordinaire … Une vie de couple sur laquelle il n’y a pas grand chose à dire si ce n’est que l’amour en est le moteur …

Mais chut, chut, je n’en dirai pas plus …

Cette semaine # 48, j’envoie

Je reprends le projet d’Agoaye et j’espère tenir pour les derniers verbes 🙂 Et le verbe qu’elle me propose cette semaine est envoyer …

La première idée qui m’est venue est de publier la chanson de Zazie, j’envoie valser, elle correspond tellement à l’histoire d’amour que je vis depuis 30 ans …

Envoyer c’est aussi poster une carte/une lettre à un(e) ami(e) et attendre avec impatience sa réponse … Oui, je fais partie d’un groupe de « cartes postales » dans lequel grâce aux lettres envoyées j’apprends à connaître l’autre petit à petit, lettres par lettres ! Et tu sais, ô toi qui me lis, dans la société jetable dans laquelle on vit, apprendre à se découvrir lentement, c’est un pur bonheur …

Parfois, j’envoie pour un concours une nouvelle que j’ai écrite dans laquelle j’ai mis mes tripes ! C’est thérapeutique, écrire sur le drame survenu dans mon enfance m’a sauvée !

Quelquefois, j’envoie des vies à mes ami(e)s de Candy Crush ! Oui, je sais, j’ai craqué et je rejoues à ce putain de jeu addictif ! Ouais, mais un jour, je finirai le niveau 409 🙂

Sportivement parlant, j’envoie la balle à ma partenaire pendant mon cours de gym ! Sans déc, c’est pas si facile que ça, si tu suis mes aventures depuis longtemps, tu sais que je suis dyslexique du corps et qu’à 47 balais, j’ai encore du mal avec la droite la gauche, en haut, en bas … toussa quoi ! Bref, envoyer une balle, c’est un challenge pour moi 🙂 D’ailleurs, d’après la déf trouvée , je pourrais dire j’envoie du lourd en lançage de balle :p

En fin d’année, j’envoie aussi mes vœux pour la nouvelle année par SMS à 23h59 précise à tous mes contacts téléphoniques ! Ben, oui, parfois, je vis avec mon temps  !

J’envoie mes mots sur un blog et quand une lecteuse m’envoie un comm’ en retour, je suis la plus heureuse du monde …

Bon, pour finir, j’envoie une grosse bises à chaque personne qui lira cet article ❤