Le club de lecture de Dounia-Joy # 7

Pour février, le thème du club de lecture était « un avis sur un livre fantasy / fantastique ou science-fiction » ou « un avis sur le dernier livre que vous avez lu ».

Alors, OK, OK, j’ai vu, je suis à la bourre … et pas qu’un peu 🙂

Donc, je vais quand même te parler du dernier livre que j’ai lu, enfin pour être honnête, le livre en cours de lecture. Il s’agit du livre de Katarina Bivald « la bibliothèque des cœurs cabossés ». C’est le premier livre de cet auteur suédoise. Pour résumer, l’héroïne, Sara part dans l’Iowa à Broken Wheel, rejoindre Amy. Elles se rencontrées virtuellement sur Internet et ont sympathisé grâce à la littérature. Lorsque Amy invite Sara chez elle, cette dernière saute sur l’occaz puisqu’elle vient de perdre son job de libraire mais quand Sara arrive à Broken Wheel, Amy est malheureusement décédée. Sara va pourtant décider de rester là-bas, dans la maison d’Amy. Elle va peu à peu s’intégrer dans ce « village » et ouvrir une librairie grâce aux innombrables livres d’Amy.

Moi, j’en suis là dans le roman, je découvre une Sara, jeune femme un peu terne, mais qui va tenter de faire bouger les choses dans un « village » qui se meurt doucettement … Je perçois aussi une histoire d’amour entre Sara et Tom, le neveu d’Amy (enfin, je crois parce j’ai un peu l’impression que tous les jeunes du « village » étaient les neveux et nièces d’Amy).

J’aime ces livres où les personnages sont un peu mystérieux, ne se livrent pas en trois pages … J’aime ces romans où je peux m’identifier à l’héroïne parce qu’elle est simple et naturelle, parce qu’elle doute et qu’elle n’est pas la plus belle mais quelle force intérieure !

J’aime ces livres qui finissent … ben non, en fait je ne sais pas comment ce livre-là finit … mais je t’en reparle si tu veux 🙂

 

Le club de lecture de Dounia-Joy # 6

Voici les thèmes de janvier :

1 – « Un livre sur le thème chick-list : un livre écrit par une femme pour les femmes ». Le ton est très spécifique : désinvolte, désabusé, marqué par un recul humoristique et l’auto-dérision. Le point de vue narratif, marqué sans doute par les premières œuvres à succès du genre (Bridget Jones), est le plus souvent en focalisation interne et à la première personne. Il en résulte un effet comique un peu répétitif mais efficace dû au décalage entre des situations sérieuses ou même critiques et la représentation naïve que s’en fait l’héroïne. Bien que des éléments romanesques et sentimentaux soient souvent présents dans la chick lit, ils ne sont généralement pas caractéristiques du genre, car les relations de l’héroïne avec sa famille, ses amis sont peut-être aussi importantes voire davantage que ses relations avec les hommes. Aujourd’hui, la chick lit semble évoluer peu à peu vers des thèmes plus « sociétaux », plus en lien avec les problématiques du quotidien.

2- ou :  « avis sur un livre que vous aviez étudié en classe ou le premier livre d’un auteur ».

J’ai choisi le thème n°1 et je vais te parler, ô toi qui me lis, d’un livre écrit par Karine Lambert « l’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes » dont voici le résumé trouvé sur BabelioLes hommes sont omniprésents dans cet immeuble de femmes… dans leurs nostalgies, leurs blessures, leurs colères et leurs désirs enfouis. Cinq femmes d’âges et d’univers différents unies par un point commun fort : elles ne veulent plus entendre parler d’amour et ont inventé une autre manière de vivre… Jusqu’au jour où une nouvelle locataire vient bouleverser leur quotidien. Juliette est séduite par leur complicité, leur courage et leurs grains de folie. Mais elle, elle n’a pas du tout renoncé ! Et elle le clame haut et fort. Va-t-elle faire vaciller les belles certitudes de ses voisines ?
Ce roman vif et tendre oscille entre humour et gravité pour nous parler de la difficulté d’aimer, des choix existentiels, des fêlures des êtres humains et de leur soif de bonheur. On s’y sent bien.

J’ai aimé ce livre, bien que cette idée de renoncer aux hommes me semblent farfelue, car les héroïnes, ces femmes brisées par l’amour, sont tellement différentes et si sincères dans leur démarche de renoncer aux hommes !

J’aime vraiment ces romans où je peux m’identifier (plus ou moins) à l’héroïne, à ses failles, sa force …

Ces femmes résolues à vivre sans amour m’ont convaincue que la vie sans amour est bien trop triste 🙂

Dounia-Joy’s book # 5

dounia joys book club

 Voici donc les thèmes de Décembre :

1 -«Un livre jeunesse / young adult». Petite définition : “Très en vogue ces derniers temps, la littérature young adult s’adresse en premier lieu à un public d’adolescents et de jeunes adultes, mais attire aussi des adultes plus âgés et couvre tous les genres, mais plus particulièrement les genres fantastiques”. En gros, un roman pour ados apprécié aussi par les adultes ! Vous n’êtes pas obligés de partir dans le genre fantastique. Choisissez le livre que vous souhaitez, que vous aimez et qui répond à ce critère et faîtes une chronique sur ce bouquin. Donnez envie aux autres participantes de lire ce livre si elles ne le connaissent pas et si elles n’aiment pas ce genre !

Et la série dont je vais te parler, c’est celle d’un petit sorcier nommé Harry Potter.  Mais, si, ô toi qui me lis, tu connais ce petit bonhomme, vivant chez son oncle et sa tante (couple on ne peut plus carré) qui le détestent. Il va se retrouver transporté, comme par magie, dans un monde de sorciers … Là, c’est le choc !

J’ai aimé cet enfant qui découvre un monde auquel il appartient depuis sa naissance mais dont il ne sait rien. Il sait simplement que ses parents sont morts dans un accident de voiture. Il se construit une famille, de vrais amis. Il découvre un monde de sorcier et la magie opère.

J’ai adoré ce monde sombre, noir et pourtant la magie est là. J’ai aimé l’amour quasi filial de Rogue pour Harry; l’amitié entre Ron, Hermione et Harry et comment oublier Hagrid; les premiers émois amoureux d’Harry adolescent; la lutte entre le bien et le mal … la mort toujours présente … j’ai aimé ce personnage qui grandit au fil des 7 tomes qui parfois me manque un peu …

Finalement que ce soit dans le monde des Moldus ou des sorciers, les questions, les réponses, les émotions sont les mêmes 🙂 Non ???

2- ou alors :  « avis sur un livre choisi uniquement à sa couverture ou à son titre sans avoir lu le résumé ni savoir de quoi il parle ».

Alors là, j’en ai toute une pile 🙂 Pour être réellement honnête, quand je suis chez mon libraire préféré et que je vois un livre dont le titre m’accroche, je lis le résumé avant d’acheter, néanmoins, voici une liste de livres achetés sur un coup de tête, de coeur … j’en ai détesté certains, adoré d’autres …

Ma sœur vit sur la cheminée d’Annabel Pitcher : livre très émouvant, tendre et dur à la fois !

Le vase où meurt cette verveine de Frédérique Martin : livre dédicacé par l’auteur et waouh, le choc (dans tous les sens du terme !)

Un goût de cannelle et d’espoir de Sarah McCoy j’ai beaucoup aimé cette histoire qui se passe à la fois de nos jours et durant les années 40 en Allemagne !

Le cercle des tricoteuses d’Anne Hood où comment une femme qui a perdu son enfant renaît à la vie grâce au tricot ! C’est émouvant ! Allez pour le plaisir, voici une phrase du livre « chaque rang de mailles veut dire « je t’aime » »

Étrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage de L.C Tyler ! Alors voilà bien un livre qui ne m’a pas plu du tout. J’en suis depuis un an à la page 129 et j’y arrive pas … pourtant le titre était super accrocheur ! Une déception pour moi 😦

La bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald que je n’ai pas eu le temps de lire encore …

Voilà, ma dernière participation pour l’année 2016 … j’ai hâte de découvrir les thèmes pour 2017 ! Merci à toi, Dounia-Joy pour tout 🙂

Dounia-Joy’s book # 4

bannièreclublecture

Voici donc les thèmes de Novembre :

1 -« Un livre de votre auteur préféré(e) ». Choisissez le livre que vous souhaitez, que vous aimez et qui répond à ce critère et faîtes une chronique sur ce bouquin. Donnez envie aux autres participantes de lire ce livre si elles ne le connaissent pas et si elles n’aiment pas l’auteur !

2- ou alors :  « avis sur un livre qui vous a mis en colère ».

C’est pas facile de choisir mon auteur préféré ! Qui est-il ou elle ? J’apprécie beaucoup Janine Boissard, Gilles Legardinier, Mary Higgins Clark ou encore Dan Brown. Bon allez, je vais te parler de Mary Higgins Clark et du roman « nous n’irons plus au bois » dont voici le résumé trouvé sur le site Babelio : Laurie Kenyon, une étudiante de 21 ans, est arrêtée pour le meurtre de son professeur. On a retrouvé ses empreintes partout, y compris sur l’arme du crime, tout l’accable, même si Laurie ne se souvient de rien.
Sarah, elle, refuse de croire que sa sœur est coupable. Aidée par un psychiatre, elle va peu à peu faire revivre le terrible passé de Laurie qui seul peut expliquer le présent : son enlèvement à 4 ans, les violences subies, les troubles graves de la personnalité qu’elle a développés depuis, mais dont elle ne s’aperçoit pas. Et tandis que Laurie tente de retrouver ses souvenirs, un homme au regard fou n’a pas oublié la petite fille qu’il avait passionnément aimée plusieurs années auparavant.
Mary Higgins Clark nous entraîne dans une intrigue fascinante. Terrifiant, mené avec une subtilité rare et impitoyable jusqu’au suspense le plus insoutenable, c’est là un chef-d’œuvre de thriller psychologique.

Pourquoi j’ai aimé ce livre ? Tout simplement parce que l’héroïne, Sarah, est forte et qu’elle va tout faire pour combattre les démons de sa sœur et la sortir de la situation inextricable dans laquelle elle est. La volonté de Sarah est contagieuse quand bien même parfois, elle baisse les bras, il y a toujours un ressort en elle qui la fait rebondir. J’ai aimé aussi cette petite fille Laurie, traumatisée par son kidnapping à l’âge de quatre ans … la culpabilité qui en découle en fait une jeune femme faillible qui veut s’en sortir. Les actes perpétrés sur l’enfant ne sont jamais décrits mais toujours suggérés ce qui, à mon avis, leur donnent une dimension plus forte ! L’amour entre les deux sœurs est palpable à chaque chapitre.

Depuis que je lis les livres de MHG, je connais la trame qui construit ses livres et dès le début, je sais que l’héroïne sortira gagnante de la situation compliquée qui l’entoure et trouvera l’amour. Cette héroïne est toujours jeune et belle. Elle travaille souvent dans le milieu du droit.  Il n’y a jamais de scène de sexe et l’auteur, ça doit être sa patte, décrit toujours les vêtements des protagonistes et les repas pris 🙂 J’aime aussi le style simple et incisif de MHG, des phrases courtes et un suspens émaillé ici et là !

Bref, voici en quelques mots, une présentation d’un livre que j’aime beaucoup d’une auteur que je lis depuis des décennies !

 

 

J’ai détesté ce livre et j’ai aimé cette pièce # Dounia-Joy’s club 3

bannièreclublecture

Dounia-Joy me propose de donner mon avis sur un livre que j’ai détesté et voici ce que ça donne. J’ai écrit cet article en mai 2013 sur mon « vieux » blog  http://lapensinedececile.publicoton.fr/ !

J’ai lu Windows on the world de Frédéric Beigbeder et je reste sans mots ! En voici le résumé :

Vous connaissez la fin : tout le monde meurt. Certes, la mort arrive à plein de gens, un jour ou l’autre. L’originalité de cette histoire, c’est qu’ils vont tous mourir en même temps et au même endroit. Est-ce que la mort crée des liens entre les hommes ?

Le seul moyen de savoir ce qui s’est passé dans le restaurant situé au 107e étage de la Tour Nord du World Trade Center, le 11 septembre 2001, entre 8 h 30 et 10 h 29, c’est de l’inventer.

Je n’ai pas aimé cette histoire, peut-être parce que l’auteur ne parle que de lui en oubliant les héros malheureux du roman, ce père et ses enfants …

Je n’ai pas compris pourquoi, Fred (oui, j’ai envie de l’appeler Fred) faisait un parallèle entre les minutes qui s’écoulent ce fameux 11 septembre et les même minutes qu’il vit un an plus tard !

Ce livre, qui aurait dû m’émouvoir puisqu’il traite d’un drame qui a choqué le monde entier,  m’a agacé prodigieusement ! J’ai détesté ce ton que j’ai trouvé hautain ! Alors, suis-je passé complètement à côté du livre ou suis-je incapable d’éprouver quelque empathie pour l’auteur, je ne sais pas !

Et toi l’as-tu lu ? Et qu’en as-tu pensé ?

Le second thème de ce mois-ci est « un livre adapté au cinéma, en série ou en film ». Choisissez le livre que vous souhaitez, que vous aimez et qui répond à ce critère et faîtes une chronique sur ce bouquin. Donnez envie aux autres participantes de lire ce livre si elles ne le connaissent pas !

Et je voudrais juste te parler d’un livre adapté au théâtre (oui, je sais, c’est un peu hors sujet !) que j’ai lu (deux fois) et vu au théâtre Antoine à Paris, jouée par Jean-Pierre Darroussin et Eric Elmosnino. Il s’agit du livre très court mais intense « Inconnu à cette adresse » de Kressmann Taylor. Pour résumer, il s’agit de la relation épistolaire entre un allemand et un Juif au tout début de la montée du Nazisme, le premier étant de retour en Allemagne et le second resté aux Etats-Unis pour gérer leur galerie d’art. Les mots, qu’ils soient lus ou prononcés par des acteurs, claquent comme un gifle et j’ai pris conscience que tout choix a des conséquences … Tu sais, ô toi qui me lis, c’est comme dans la chanson de Goldman  » né en 17 à Leidenstadt » … aurais-je été meilleur ou pire si j’avais été allemand … dans cette même situation, quels seraient mes choix ?  Aller du côté du plus fort et ne rien voir ou me battre pour des idées de liberté ? Je ne sais pas … J’ai réalisé que je ne suis qu’une humaine avec mes défauts, mes qualités, mes faiblesses … qui suis-je pour juger ?

Ô toi qui me lis, je te conseille vraiment de lire ce bouquin qui m’a  changé la vie.